20 Apr 2011

Orphee aux enfers

No Comments Cine Club, Culture, musique

1998 ; 2h 02min

Nathalie Dessay – Yann Beuron – Jean-Paul Fouchecourt – Laurent Naouri – Martine Olmeda – Steven Cole

Chœurs et orchestre de l’Opéra de Lyon – Orchestre de chambre de Grenoble

Mark Minkowski (direction) – Laurent Pelly (mise en scène)

En dévoyant la légende antique d’Orphée et Eurydice, par des anachronismes cocasses, par un ton familier à l’égard des héros divins et par le recours à une vulgarité triomphante, Offenbach visait à se moquer de la société du second Empire où régnaient les valeurs bourgeoises, l’hypocrisie et la recherche du plaisir. Cette production venue de l’Opéra de Lyon fête la création d’un couple de choc : l’association du chef d’orchestre Marc Minkowski et du metteur en scène Laurent Pelly, alors jeune directeur du Centre dramatique national des Alpes. Grâce à eux, Orphée aux enfers retrouve une vitalité, une énergie sans pareilles. Certes, la trépignante Eurydice dessinée par Nathalie Dessay est pour beaucoup dans la réussite du spectacle, de même que le Jupiter de Laurent Naouri (le Duo de la mouche est un moment irrésistible). Mais la production très habile, pleine de trouvailles de Laurent Pelly a de quoi débrider le public le plus sage. Et la musique d’Offenbach est enlevée de maîtresse façon par Minkowski. Que ce soit un cancan endiablé ou une bucolique ballade héritée du XVIIIe siècle, tout cela sonne avec justesse et entrain. Quelques précisions. Minkowski et Pelly, assistés d’Agathe Mélinand qui a réécrit les dialogues, ont concocté un Orphée aux Enfers à partir de la version originale de 1858, plus légère, et celle de 1874, plus spectaculaire.

Tags: , , , , , , , , , , , ,
written by
The author didn‘t add any Information to his profile yet.
Related Posts
No Responses to “Orphee aux enfers”

Leave a Reply